N° 44 / Septembre 2018 

actualités
Agenda
Musée d’Archéologie, Nice / Cimiez
Exposition jusqu’au 4 novembre 2018 
Fréjus
XIIe colloque historique de Fréjus les 16 et 17 novembre 2018 
Maison du Patrimoine, Grasse
Exposition jusqu’au 28 décembre 2018 
Cité de l’architecture et du patrimoine - Paris
Exposition du 9 novembre 2018 au 11 mars 2019 
Musée du Petit Palais, Avignon
Exposition du 23 novembre 2018 au 29 avril 2019 

Dossiers à venir
  • Les peintures murales
  • Patrimoine aéronautique (2)
  • Patrimoine hydraulique
  • Portrait de Patrimoine (suite)
  • Patrimoine astronomique et astrophysique

Recherche
sur les titres des articles et dossiers


Tapez vos mots clés séparés par un espace


Afin de diversifier et approfondir ses approches, le comité de rédaction de la Lettre d’information des patrimoines s'est enrichi depuis plusieurs mois de membres d'autres disciplines et métiers : archéologie, histoire, histoire contemporaine, archives, représentants d'associations, tous motivés et chaleureux…
Nous souhaitons toujours rendre compte et présenter au gré des actualités de recherches, de travaux, ou de diverses démarches de valorisation, les figures des typologies patrimoniales exceptionnelles de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur : le militaire, l'hydraulique, l'antique, le réseau cathédral, monastique et pontifical, l'architecture et les arts du XXe siècle, les décors peints, les parcs et jardins bien sûr, sans négliger, loin de là, les catégories ou initiatives moins spectaculaires, plus discrètes, ou les figures et actualités plus contemporaines encore de l'architecture, de l'urbanisme (parfois), des paysages (souvent).

Le patrimoine industriel, scientifique et technique se trouve dans un entre-deux, tantôt à la croisée de ces grandes typologies, tantôt plus discret ou méconnu, voire même tenu à l'écart. Patrimoine en activité maintenue, les protections monuments historiques sont parfois jugées indésirables par peur de figer ou de ralentir l'activité ; en abandon, il est plutôt considéré comme perdu, hors champ, hors actualité sociale, sans espoir ni utilité : obsolète.

La Lettre d’information des patrimoines a déjà présenté maints ensembles ou maintes initiatives dans les territoires du « PIST », qui dans nombre de cas, ont permis de favoriser une évolution des représentations, visions ou préjugés négatifs.

Le premier numéro de janvier 2011 abordait le patrimoine hydraulique, puis furent notamment présentés (et toujours accessibles grâce au principe de la lettre/centre de ressources), l'usine de garance de Beauport à Vedène (4), la Tuilerie des Milles dans l'histoire du Camp, aujourd'hui Mémorial (10 et 14), le patrimoine aéronautique (22), l'observatoire de la Côte d'Azur (24), le ciment naturel (29), les moulins de la Véroncle (39), le canal de Provence (41), les coopératives varoises (42), puis maintenant, en deux éditions (43 et celle-ci) les moulins hydrauliques de Grasse ouvrant sur l'aventure industrielle de la parfumerie et de la savonnerie.

Ce numéro 44 est ainsi principalement consacré au patrimoine industriel avec les tanneries de Barjols et à deux récentes protections au titre des monuments historiques : l'ancienne fabrique de poudre de garance des Gaffins à Althen-des-Paluds et la minoterie de Saint-Barthélémy à Salernes. Autant de situations totalement différentes.

Nous nous attacherons, avec le soutien très récent d'un éminent spécialiste universitaire du patrimoine industriel, à présenter de façon plus régulière et plus structurée ces patrimoines, en articulant la mémoire dont ils sont porteurs aux différentes initiatives dont ils font l’objet.

Par ailleurs, ce numéro poursuit la découverte ou l'approfondissement du domaine de Jean Giono à Manosque, Le Paraïs, avec cette fois-ci les objets de Giono. Enfin, Il présente une association bien connue des professionnels et amateurs des musées, jeune de 40 ans, devenue depuis juin dernier « Musées Méditerranée ».
édito
Les tanneries de Barjols
Thomas Saint-Jean,dans le cadre d'un Master Savoirs, cultures et systèmes techniques méditerranéens (département d’histoire d’AMU), sous la direction de Xavier Daumalin, Professeur d’histoire contemporaine à Aix-Marseille Université (AMU) et directeur de l’UMR TELEMMe (AMU/CNRS)
Le Var avec son ensoleillement, son littoral et ses nombreux cours d’eau est aujourd’hui synonyme de vacances sur les plages et l’endroit rêvé pour posséder une résidence d’été. Cette image idyllique ne doit pas faire oublier que ce département a une histoire plus complexe, qui s’est autant construite sur le tourisme que sur l’industrie urbaine ou disséminée dans l’espace rural, avec les pollutions qui l’accompagnent.
L’inventaire des moulins hydrauliques de Grasse. De l’artisanat d’Ancien Régime à l’industrie de la parfumerie (2)
Gabriel Benalloul, Chercheur, chargé d’inventaire du patrimoine
Service Ville d’art et d’histoire, Mairie de Grasse
Oléiculture et parfumerie : Les moulins de Grasse au temps de l’industrie
Au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, l’économie grassoise entame un processus d’industrialisation au cours duquel la parfumerie supplante la tannerie tandis que l’oléiculture demeure un élément prépondérant. Le large éventail des différents types de moulins cède la place à une écrasante domination des moulins à huile, qui servent d’appui au développement des parfumeries et des savonneries.
La minoterie de Saint-Barthélémy à Salernes (Var)
Marie-Odile Giraud, chargée d’études documentaires à la Direction régionale des affaires culturelles - Conservation régionale des monuments historiques de Provence-Alpes Côte d’Azur.
En marge de l'industrie céramique qui a fait sa réputation, Salernes a développé au XIXe siècle une activité industrielle comptant une quinzaine d'usines, dont trois moulins à farine. Toutes étaient mises en mouvement par le canal dérivé de la source de Saint- Barthélémy, le long duquel elles formaient un chapelet au pied du site castral, sur la frange est du village. 
La fabrique de poudre de garance des Gaffins à Althen des Paluds (Vaucluse)
Blandine Jourdan, chargée d’études documentaires à la Direction régionale des affaires culturelles - Conservation régionale des monuments historiques de Provence-Alpes Côte d’Azur
Le patrimoine industriel lié à la garance est peu étudié alors qu'il joua un rôle économique important en Vaucluse mais aussi dans les Flandres et en Alsace durant un siècle. A l'heure actuelle, seules deux étuves à garance sont protégées au titre des monuments historiques en France ; elles sont situées dans le Vaucluse. 
Les objets de Jean Giono au Paraïs, un patrimoine à préserver
Hélia Paukner
Alors qu’il vient de faire le choix audacieux de vivre de sa plume, Jean Giono achète, le 1er mars 1930, une petite maison à flanc du Mont d'Or, à Manosque, dans le quartier de la Paraïsse. C’est le Paraïs, qui, progressivement agrandi, abritera non seulement la vie familiale, mais aussi toute l’existence créatrice de l’auteur jusqu’à son décès, le 9 octobre 1970. 
De l’AGCCPF PACA à « Musées méditerranée » : du nouveau dans l’association
Fondée il y a quarante ans, l’association générale des conservateurs des collections publiques de France pour la région Provence-Alpes-Côte d'Azur est devenue, à l’issue de l’assemblée générale extraordinaire du 8 juin dernier, l’association Musées Méditerranée [Association pour la conservation et la valorisation des collections publiques de France - région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur]. 
|  Contact  |  Mentions légales  |  Crédits  |  Inscription  |  Connexion  |
MCC index ADVP