N° 43 / Juillet 2018 

actualités
Agenda
Musée Départemental Arles Antique
Exposition jusqu’au 26 août 2018 
Evénement les 15 et 16 septembre 2018 
Hôtels Agar à Cavaillon (84)
Exposition jusqu’au 23 septembre 2018 
au Croisic (44)
Journée d’études de l’association des conservateurs des antiquités et objets d’art de France du 27 au 29 septembre 2018 
Château de Tarascon – Centre d’art (13)
Exposition jusqu’au 4 novembre 2018 
Rendez-vous aux jardins 2019  
Nouvelle exposition virtuelle de la Cité de l’architecture et du patrimoine  

Dossiers à venir
  • L'inventaire des moulins hydrauliques de Grasse (suite)
  • Patrimoine aéronautique (2)
  • Patrimoine hydraulique
  • Portrait de Patrimoine (suite)
  • Patrimoine astronomique et astrophysique

Recherche
sur les titres des articles et dossiers


Tapez vos mots clés séparés par un espace


Dans bien des régions du monde l'eau, élément indispensable à la vie, pose problème, soit qu'il y en ait trop momentanément, soit qu'elle fasse défaut pendant une période suffisamment longue pour être un handicap certain pour toutes les activités. La Provence est l'une de ces régions.

La morphologie et la géologie de la Provence, et plus particulièrement celles des Bouches-du-Rhône et du Var, ont toujours posé aux collectivités locales des problèmes d'approvisionnement en eau. Cette région est en effet formée d'une série de chaînes calcaires (Trévaresse, Sainte­ Victoire, Étoile, Mont Aurélien, Sainte ­Baume, Maures) de direction Est-Ouest, parallèles à la côte méditerranéenne, entre lesquelles sont insérées de petites plaines alluviales. Du fait de leur orientation, ces chaînes montagneuses constituent une barrière qui repousse vers l'Ouest les eaux de la Durance et du Verdon et éloigne les ressources des zones côtières où les besoins sont les plus forts. En effet, bien que bénéficiaire d'une pluviométrie convenable, cette région est pénalisée par le caractère irrégulier et brusque des pluies qui s'écoulent torrentiellement ou s'infiltrent dans les massifs calcaires sans pour autant créer des sources pérennes. Elle ne dispose dans ces conditions d'aucune ressource locale importante et sûre. De plus, les torrents alpins détruisent les plaines ; le Rhône, fleuve puissant, déborde sur les basses terres et de larges zones plates sont envahies par les eaux pendant de longs mois. Les précipitations orageuses atteignent, par leur puissance localisée, une capacité dévastatrice. C’est pourquoi la protection contre les inondations a donné lieu depuis des siècles à des travaux réalisés par les riverains et leurs collectivités.

Confrontée depuis toujours à ces problèmes, la Provence présente aujourd'hui toute une gamme de réalisations, un riche patrimoine hydraulique, résultant d'une accumulation séculaire de travaux progressivement réalisés, remodelés, transformés, développés avec toutes les phases que cela implique de dispositions novatrices, mais aussi d'échecs surmontés et de réajustements permanents aux nécessités de l'époque.

Mais alors qu'il s'agissait à l'époque de protéger des terres agricoles exploitées en extensif, aujourd'hui le système est confronté à une plus grande imperméabilisation des sols liée au développement urbain et au développement des terres agricoles et il devra certainement faire face à une évolution importante dans les années futures avec les impacts du changement climatique.

Et c’est pourquoi avec la création de la Société du Canal de Provence et d’aménagement de la région provençale (SCP) en 1957, l'État par l'intermédiaire notamment du ministère de l'Agriculture et des collectivités territoriales de la région ont collaboré très étroitement à la résolution des problèmes de ressources et d'approvisionnement en eau des collectivités locales du littoral provençal.

Et aujourd’hui grâce au Canal de Provence, « l’eau vive » du Verdon arrive sur le littoral. Grâce à cette œuvre importante de l’infrastructure hydraulique régionale, la Provence devient une région privilégiée, bien plus d’ailleurs que d’autres régions françaises, pouvant mettre à la disposition de l’agriculture, de l’industrie et des agglomérations rurales et urbaines, l’eau nécessaire à leur essor.

Cette relative abondance est le fruit d’une gestion économe et d’une culture du partage de l’eau entre les usages et entre les territoires.

Depuis 60 ans, apportant une large contribution à la connaissance et à l'adaptation des techniques de l'eau pour la mise en valeur agricole, l’appui au monde rural et le développement des territoires, la Société du Canal de Provence et d'Aménagement de la Région Provençale, aujourd’hui concessionnaire de la Région Provence-Alpes-Côte d’azur, sera naturellement de plus en plus associée et moteur dans ce combat pour l'avenir de la région.

Le changement climatique, le développement urbain, l’évolution démographique et des modes de vie, la préservation des milieux aquatiques… sont autant de défis à relever pour l’alimentation en eau de la Provence de demain. Gageons que la culture provençale de l’eau, fondée sur la gestion collective, économe et partagée de la ressource, saura s’adapter à ces enjeux.

Son implication dans la restauration et valorisation du patrimoine historique.

La SCP est installée depuis 1959 sur la commune du Tholonet, près d’Aix-en-Provence, sur un  domaine comprenant une bastide communément appelée « le château » ainsi que divers bâtiments. Depuis, très attachée à la préservation et à la mise en valeur de ce site historique et emblématique de la maîtrise de l’eau, elle n’a eu de cesse d’entreprendre des travaux de rénovation sur les bâtiments mais également sur les ouvrages hydrauliques présents sur le domaine du château du Tholonet et ceux de la vallée de l’Infernet, très intimement liés à l’histoire du site. Elle s’attache enfin à la protection de son patrimoine arboré.

Cette mise en valeur profite à la fois aux quelques 400 collaborateurs présents en permanence sur le site mais également aux nombreux visiteurs accueillis. En effet, conformément au souhait de ses actionnaires, Région, département 04, 05, 13, 83 et 84, ville de Marseille, chambre d’agriculture, caisse des dépôts et consignation, crédit Agricole, la SCP s’attache à diffuser la culture provençale ancestrale de l’eau et reçoit ainsi sur le site du Tholonet près de 5 000 personnes chaque année : délégations internationales, élus et partenaires provençaux, associations, publics scolaires…
Edito
Isabelle Girousse
Directrice de la Communication et des Relations Institutionnelles de la Société du Canal de Provence
|  Contact  |  Mentions légales  |  Crédits  |  Inscription  |  Connexion  |
MCC index ADVP