N° 49 / Juillet 2019 

actualités
Agenda
Médiathèque de Barcelonnette et de La Condamine
Exposition photographique
Michel Eisenlohr jusqu’au 23 septembre 2019 
Villa Aurélienne - Fréjus
Exposition du service Archéologie et patrimoine jusqu’au 27 octobre 2019 
Musée Renoir – Cagnes-sur-Mer
Journée d’étude le jeudi 26 septembre 2019 
École du Louvre - Paris
Colloque du 23 octobre 2019 
Musée d’Histoire de Marseille
Journée d’étude le jeudi 14 novembre 2019 
Musée d’histoire - Marseille
Journée d’étude le 29 novembre 2019 


Recherche
sur les titres des articles et dossiers


Tapez vos mots clés séparés par un espace


Véritable chef d’œuvre d’architecture hydraulique, le pont aqueduc de la Canaù est l’ouvrage emblématique du Canal Saint-Julien. Classé au titre des Monuments historiques en 2010, il a été construit par le Marquis d’Oppède au milieu du XVIème siècle. D’une portée de 22 mètres, posé à 5,50 mètres au dessus du lit de la rivière, le Canaù est un modèle d’audace technique et esthétique : soudées en leur centre pour résister aux crues, ses deux arches de pierres taillées préfigurent les lignes futuristes des ponts de la fin du XXème siècle.
Cet ouvrage supportait une canalisation de bois fixée par de nombreux crochets permettant au canal Saint-Julien de franchir le lit du Coulon jusqu’en 1921, date de la mise en service d’une conduite en siphon permettant aux eaux d’irrigation de traverser la rivière à l’aide d’une canalisation enterrée.
L’aqueduc a été ensuite abandonné, faute d’entretien. Toutefois, l’ASA du canal Saint-Julien vient de programmer grâce au soutien de la Direction régionale des Affaires culturelles (Drac PACA) une opération de travaux de restauration qui devrait se terminer en 2020.
Mais on ne peut bien sûr évoquer le pont aqueduc sans relater la longue et passionnante histoire du canal Saint-Julien, sans en présenter les aspects techniques, économiques et environnementaux, sans en montrer la riche iconographie : c’est ce que nous vous invitons à découvrir à travers le dossier publié dans cette Lettre d’information des patrimoines, dossier établi grâce à une synthèse de l’ouvrage « Je suis le canal Saint-Julien ».
édito
Bernard Sarnette, président de l'ASA du Canal Saint-Julien
L'aqueduc de Fréjus
Coordination pour la ville de Fréjus : Pierre Excoffon, Directeur du Service Archéologie et Patrimoine, Ville de Fréjus
« L’aqueduc neuf et complet était beau sans doute, il y a deux mille ans, mais il n’était pas plus beau que cet écroulement gigantesque répandu sur toute la plaine, courant, tombant, se relevant, tantôt profilant trois ou quatre arches de suite à moitié enfouies dans les terres, tantôt jetant vers le ciel un arc isolé et rompu ou un contrefort monstrueux debout comme un peulven druidique, tantôt dressant avec majesté sur le bord de la route un grand plein cintre appuyé sur deux massifs cubiques, et de ruines se transformant tout à coup en arc de triomphe. Le lierre et la ronce pendent à toutes ses magnificences de Rome et du temps. »
Victor Hugo, Carnets, 10 octobre 1839. 
De l’étude-diagnostic aux travaux de restauration de l’aqueduc de Fréjus
Renzo Wieder, Sarah Coudry et Jade Besse, Agence Architecture et Héritage
La connaissance de l’histoire et l’évolution d’un édifice est la première étape essentielle lors de la réalisation d’une étude-diagnostic. Afin de mieux étudier et comprendre les multiples interventions qu'a subies l’aqueduc de Fréjus, un historique complet des études et des restaurations a été constitué, formant une base de données pour l’ensemble de l’opération.

Les premières restaurations sur l’aqueduc de Fréjus, daté du milieu du Ier siècle ap. J.C., ont été attestées dès les IIème et IIIème siècles. Ces restaurations romaines à la brique ont été réalisées sur les arches de Gargalon et de l'Esquine puis sur celle du Château Aurélien. Les autres interventions sont plus tardives. En 1729, l’abbé Girardin offre une vision des vestiges antiques : « Cet immense aqueduc était bâti comme nos murs, notre porte dorée et notre cirque, je veux dire, à chaux & à sable, avec pierres de tout qualibre en dedans, mais paré au dehors... 
Fédération nationale des maisons d’écrivain et des patrimoines littéraires
- Création du réseau régional « Écrivains en Région Sud »

- Entrée du Musée Escoffier de l’Art culinaire à Villeneuve-Loubet à la Fédération nationale 
|  Contact  |  Mentions légales  |  Crédits  |  Inscription  |  Connexion  |
MCC index ADVP